La lecture évolienne des thèses de H.F.K. Günther

Hans Friedrich Karl Günther (1891-1968), célèbre pour avoir publié, à partir de juillet 1922 et jusqu’en 1942, une Rassenkunde des deutschen Volkes (Raciologie du peuple allemand), qui atteindra, toutes éditions confondues, 124.000 exemplaires. Une édition abrégée, intitulée Kleine Rassenkunde des deutschen Volkes (Petite raciologie du peuple allemand), atteindra 295.000 exemplaires. Ces deux ouvrages vulgarisaient les théories raciales de l’époque, notamment les classifications des phénotypes raciaux que l’on trouvait — et que l’on trouve toujours — en Europe centrale.

Plus tard, Günther s’intéressera à la religiosité des Indo-Européens, qu’il qualifiera de «pantragique» et de «réservée», qu’il définira comme dépourvue d’enthousiasme extatique (cf. H.F.K. Günther, Religiosité indo-européenne, Pardès, 1987; trad. franç. et préface de R. Steuckers; présentation de Julius Evola). Günther, comme nous l’avons mentionné ci-dessous, publiera un livre sur le déclin des sociétés hellénique et romaine, de même qu’une étude sur les impacts indo-européens/nordiques (les deux termes sont souvent synonymes chez Günther) en Asie centrale, en Iran, en Afghanistan et en Inde, incluant notamment des références aux dimensions pantragiques du bouddhisme des origines. Intérêt qui le rapproche d’Evola, auteur d’un ouvrage de référence capital sur le bouddhisme, La Doctrine de l’Eveil (cf. H.F.K. Günther, Die Nordische Rasse bei den Indogermanen Asiens, Hohe Warte, Pähl Obb., 1982; préface de Jürgen Spanuth).

Pour Günther, les Celtes d’Irlande véhiculent des idéaux matriarcaux, contraires à l’« esprit nordique » ; en évoquant ces idéaux, il fait preuve d’une sévérité semblable à celle d’Evola. Mais, pour Günther, cette dominante matriarcale chez les Celtes, notamment en Irlande et en Gaule, vient de la disparition progressive de la caste dominante de souche nordique, porteuse de l’esprit patriarcal. Dans sa Rassenkunde des deutschen Volkes (pp. 310-313), Günther formule sa critique du matriarcat celtique:

«Les mutations d’ordre racial à l’intérieur des peuples celtiques s’aperçoivent très distinctement dans l’Irlande du début du Moyen Age. Dans la saga irlandaise, dans le style ornemental de l’écriture et des images, nous observons un équilibre entre les veines nordiques et occidentales (westisch); dans certains domaines, cet équilibre rappelle l’équilibre westique/nordique de l’ère mycénienne. Il faut donc tenir pour acquis qu’en Irlande et dans le Sud-Ouest de l’Angleterre, la caste dominante nordique/celtique n’a pas été numériquement forte et a rapidement disparu. Le type d’esprit que reflète le peuple irlandais — et qui s’aperçoit dans les sagas irlandaises — est très nettement déterminé par le subsrat racial westique. Heusler a suggéré une comparaison entre la saga germanique d’Islande (produite par des éléments de race nordique) et la saga d’Irlande, influencée par le substrat racial westique.

Face à la saga islandaise, que Heusler décrit comme étant “fidèle à la vie et à l’histoire du temps, très réaliste et austère”, caractérisée par un style narratif viril et sûr de soi, la saga irlandaise apparaît, dans son “âme” (Seele), comme “démesurée et hyperbolique”; la saga irlandaise “conduit le discours dans le pathétique ou l’hymnique”; plus loin, Heusler remarque que “l’apparence extérieure de la personne est habituellement décrite par une abondance de mots qui suggère une certaine volupté”.

Heusler poursuit: “La saga irlandaise aime évoquer des faits relatifs au corps (notamment en cas de blessure), en basculant souvent dans la crudité, le médical, de façon telle que cela apparaît peu ragoûtant quand on s’en tient aux critères du goût germanique” (…). La saga chez les Irlandais nous dévoile, par opposition à l’objectivité factuelle et à la retenue de la saga islandaise, une puissance imaginative débridée, un goût pour les idées folles et des descriptions exagérées, qui, souvent, sonnent “oriental”; on croit reconnaître, dans les textes de ces sagas, un type de spiritualité dont la coloration, si l’on peut dire, vire au jaune et au rouge et non plus au vert et au bleu nordiques; ce type de spiritualité présente un degré de chaleur bien supérieur à celui dont fait montre la race nordique. Nous devons donc admettre que la race westique, auparavant dominée et soumise, est revenue au pouvoir, après la disparition des éléments raciaux nordiques momentanément dominants (…).

A la dénordicisation (Entnordung), dont la conséquence a été une re-westicisation (Verwestung) de l’ancienne celticité (nordique), correspond le retour de mœurs radicalement non nordiques dans le texte des sagas irlandaises. Ce retour montre, notamment, que la race westique, à l’origine, devait être régie par le matriarcat, système qui lui est spécifique. Les mœurs matriarcales impliquent que les enfants appartiennent seulement à leur mère et que le père, en coutume et en droit, n’a aucune place comparable à celle qu’il occupe dans les sociétés régies par l’esprit nordique. La femme peut se lier à l’homme qu’elle choisit puis se séparer de lui; dans le matriarcat, il n’existait pas et n’existe pas de mariage du type que connaissent les Européens d’aujourd’hui. Seul existe un sentiment d’appartenance entre les enfants nés d’une même mère.

La race nordique est patriarcale, la race westique est matriarcale. La saga irlandaise nous montre que les Celtes d’Irlande, aux débuts de l’ère médiévale, n’étaient plus que des locuteurs de langues celtiques (Zimmer), puisque dans les régions celtophones des Iles Britanniques, le matriarcat avait repoussé le patriarcat, propre des véritables Celtes de race nordique, disparus au fil des temps. Nous devons en conséquence admettre que, dans son ensemble, la race westique avait pour spécificité le matriarcat (…). Le matriarcat ne connaît pas la notion de père. La famille, si toutefois l’on peut appeler telle cette forme de socialité, est constituée par la mère et ses enfants, quel que soit le père dont ils sont issus. Ces enfants n’héritent pas d’un père, mais de leur mère ou du frère de leur mère ou d’un oncle maternel. La femme s’unit à un homme, dont elle a un ou plusieurs enfants; cette union dure plus ou moins longtemps, mais ne prend jamais des formes que connaît le mariage européen actuel, qui, lui, est un ordre, où l’homme, de droit, possède la puissance matrimoniale et paternelle. “Ces états de choses sont radicalement différents de ce que nous trouvons chez les Indo-Européens, qui, tout au début de leur histoire, ont connu la famille patrilinéaire, comme le prouve leur vocabulaire ayant trait à la parenté…”.

Le patriarcat postule une position de puissance claire pour l’homme en tant qu’époux et que père; ce patriarcat est présent chez tous les peuples de race nordique. Le matriarcat correspond très souvent à un grand débridement des mœurs sexuelles, du moins selon le sentiment nordique. La saga irlandaise décrit le débridement et l’impudeur surtout du sexe féminin. (…) Zimmer avance toute une série d’exemples, tendant à prouver qu’au sein des populations celtophones de souche westique dans les Iles Britanniques, on rencontrait une conception des mœurs sexuelles qui devait horrifier les ressortissants de la race nordique. La race westique a déjà d’emblée une sexualité plus accentuée, moins réservée; les structures matriarcales ont vraisemblablement contribué à dévoiler cette sexualité et à lui ôter tous freins. La confrontation entre mœurs nordiques et westiques a eu lieu récemment en Irlande, au moment de la pénétration des tribus anglo-saxonnes de race nordique; les mœurs irlandaises ont dû apparaître à ces ressortissants de la race nordique comme une abominable lubricité, comme une horreur qui méritait l’éradication. Chaque race a ses mœurs spécifiques; le patriarcat caractérise la race nordique. Il faut donc réfuter le point de vue qui veut que toutes les variantes des mœurs européennes ont connu un développement partant d’un stade originel matriarcal pour aboutir à un stade patriarcal ultérieur».

Comme Evola, mais contrairement à Klages, Schuler ou Wirth, Günther a un préjugé dévaforable à l’endroit du matriarcat. Pour Evola et Günther, le patriarcat est facteur d’ordre, de stabilité. Les deux auteurs réfutent également l’idée d’une évolution du matriarcat originel au patriarcat. Patriarcat et matriarcat représentent deux psychologies immuables, présentes depuis l’aube des temps, et en conflit permanent l’une avec l’autre.

Dans Il mito del sangue, Evola résume la classification des races européennes selon Günther et évoque tant leurs caractéristiques physiques que psychiques. En conclusion de son panorama, Evola écrit (pp. 130-131) :

«Du point de vue de la théorie de la race en général, Günther assume totalement l’idée de la persistence et de l’autonomie des caractères raciaux, idée plus ou moins dérivée du mendelisme. Les “races mélangées” n’existent pas pour lui. Il exclut en conséquence que du croisement de deux ou de plusieurs races naisse une race effectivement nouvelle. Le produit du croisement sera simplement un composite, dans lequel se sera conservée l’hérédité des races qui l’auront composé, à l’état plus ou moins dominant ou dominé, mais jamais porté au-delà des limites de variabilité inhérentes aux types d’origine. “Quand les races se sont entrecroisées de nombreuses fois, au point de ne plus laisser subsister aucun type pur ni de l’une race ni de l’autre, nous n’obtenons pas, même après un long laps de temps, une race mêlée. Dans un tel cas, nous avons un peuple qui présente une compénétration confuse de toutes les caractéristiques: dans un même homme, nous retrouvons la stature propre à une race particulière, unie à une forme crânienne propre à une autre race, avec la couleur de la peau d’une troisième race et la couleur des yeux d’une quatrième”, et ainsi de suite, la même règle s’étendant aussi aux caractéristiques psychiques.

Le croisement peut donc créer de nouvelles combinaisons, sans que l’ancienne hérédité ne disparaisse. Tout au plus, il peut se produire une sélection et une élimination: des circonstances spéciales pourraient — au sein même de la race composite — faciliter la présence et la prédominance d’un certain groupe de caractéristiques et en étouffer d’autres, tant et si bien que, finalement, de telles circonstances perdurent; il se maintient alors une combinaison spéciale relativement stable, laquelle peut faire naître l’impression d’un type nouveau. Sinon, si ces circonstances s’estompent, les autres caractéristiques, celles qui ont été étouffées, réémergent; le type apparemment nouveau se décompose et, alors, se manifestent les caractères de toutes les races qui ont donné lieu au mélange. En tous cas, toute race possède en propre un idéal bien déterminé de beauté, qui finit par être altéré par le mélange, comme sont altérés les principes éthiques qui correspondent à chaque sang. C’est sur de telles bases que Günther considère comme absurde l’idée que, par le truchement d’un mélange généralisé, on pourrait réussir, en Europe, à créer une seule et unique race européenne. A rebours de cette idée, Günther estime qu’il est impossible d’arriver à unifier racialement le peuple allemand. “La majeure partie des Allemands”, dit-il, “sont non seulement issus de géniteurs de races diverses mais pures, mais sont aussi les résultats du mélange d’éléments déjà mélangés”. D’un tel mélange, rien de créatif ne peut surgir».

C’est ce qui permet à Evola de dire que Günther développe, d’une certaine façon, une conception non raciste de la race. La dimension psychique, puis éthique, finit par être déterminante. Est de «bonne race», l’homme qui incarne de manière toute naturelle les principes de domination de soi. Après avoir été sévère à l’égard du bouddhisme dans Die Nordische Rasse bei den Indogermanen Asiens (op. cit., pp. 52-59), parce qu’il voyait en lui une négation de la vie, survenu à un moment où l’âme nordique des conquérants aryas établis dans le nord du sub-continent indien accusait une certaine fatigue, Günther fait l’éloge du self-control bouddhique, dans Religiosité indo-europénne (op. cit.). Evola en parle dans Il mito del sangue (p. 176-177): «Intéressante et typique est l’interprétation que donne Günther du bouddhisme. Le terme yoga, qui, en sanskrit, désigne la discipline spirituelle, est “lié au latin jugum et a, chez les Anglo-Saxons, la valeur de self-control; il est apparu chez les Hellènes comme enkrateia et sophrosyne et, dans le stoïcisme, comme apatheia; chez les Romains, comme la vertu purement romaine de temperantia et de disciplina, qui se reconnaît encore dans la maxime tardive du stoïcisme romain: nihil admirari. La même valeur réapparaît ultérieurement dans la chevalerie médiévale comme mesura et en langue allemande comme diu mâsze; des héros légendaires de l’Espagne, décrits comme types nordiques, du blond Cid Campeador, on dit qu’il apparaissait comme “mesuré” (tan mesurado). Le trait nordique de l’auto-discipline, de la retenue et de la froide modération se transforme, se falsifie, à des époques plus récentes, chez les peuples indo-germaniques déjà dénordicisés, ce qui donne lieu à la pratique de la mortification des sens et de l’ascèse”.

L’Indo-Germain antique affirme la vie. Au concept de yoga, propre de l’Inde ancienne, dérivé de ce style tout de retenue et d’auto-discipline, propre de la race nordique, s’associe le concept d’ascèse, sous l’influence de formes pré-aryennes. Cette ascèse repose sur l’idée que par le biais d’exercices et de pratiques variées, notamment corporelles, on peut se libérer du monde et potentialiser sa volonté de manière surnaturelle. La transformation la plus notable, dans ce sens, s’est précisément opérée dans le bouddhisme, où l’impétuosité vitale nordique originelle est placée dans un milieu inadéquat, lequel, par conséquent, est ressenti comme un milieu de “douleur”; cette impétuosité, pour ainsi dire, s’introvertit, se fait instrument d’évasion et de libération de la vie, de la douleur. “A partir de la diffusion du bouddhisme, l’Etat des descendants des Arî n’a plus cessé de perdre son pouvoir. A partir de la dynastie Nanda et Mauria, c’est-à-dire au IVe siècle av. JC, apparaissent des dominateurs issus des castes inférieures; la vie éthique est alors altérée;  l’élément sensualiste se développe. Pour l’Inde aryenne ou nordique, on peut donc calculer un millénaire de vie, allant plus ou moins de 1400 à 400 av. JC ». Evola reproche à Günther de ne pas comprendre la valeur de l’ascèse bouddhique. Son interprétation du bouddhisme, comme affadissement d’un tonus nordique originel, a, dit Evola, des connotations naturalistes.

Robert Steuckers

Publié le 01/09/2016 par Laurent Hocq